Budget Supplémentaire

Intervention Bénédicte Martin

Monsieur le Président,

A l’instar du rapport N°2 ou du compte administratif, le budget supplémentaire nous apporte une nouvelle fois la preuve de l’instrumentalisation des institutions locales par le parti socialiste.

Depuis des mois et des mois, vous nous servez inlassablement la même litanie.

La région serait en perte d’autonomie, La réforme de la taxe professionnelle serait une catastrophe, Le Gouvernement voudrait « liquider » les régions, sonner le glas de la démocratie locale et asphyxier la vie associative de nos villes et villages !

Adieu le club de foot, adieu l’amicale des boulistes, adieu la fête des bovins camarguais, Adieu la fête de l’ail… Bientôt, quand vous refuserez une subvention ce sera aussi la faute du Gouvernement !

Hélas, ces propos n’ont rien d’une caricature et sont devenus votre leitmotiv. Fort heureusement, au-delà des mots, il y a les faits et les chiffres pour rétablir la vérité. L’affectation des résultats du budget 2009 ainsi que les ajustements de recettes et dépenses par rapport au budget primitif 2010, nous amène aux constats suivants :

- 14 M€ de recettes fiscales supplémentaires proviennent en grande part de la compensation relais de la taxe professionnelle.

Ainsi, les recettes fiscales ont été plus que réalisées malgré l’œuvre de destruction dont vous prétendez être en permanence les victimes.

 En 2009, la « résistance » régionale qui vous est si chère a été largement facilitée par le plan de relance du Gouvernement qui a induit un remboursement anticipé de la TVA

En 2010, après vos déclarations sentencieuses sur l’Etat fossoyeur, vous voilà avec 10 millions de rentrées fiscales supplémentaires.

Aujourd’hui les chiffres et les analyses le démontrent : l’autonomie financière des collectivités n’est pas menacée, la dynamique de la fiscalité n’est pas atteinte, les charges sont compensées.

Le plus fort, c’est que ceci n’empêche en rien votre majorité de continuer à se répandre à l’envi sur ses craintes, ses inquiétudes qui portent désormais sur 2011 ;

Finalement, ce sont des histoires que vous nous racontez. La région PACA, c’est un peu comme Pierre et le Loup.

 En 2004, acte II de la décentralisation, vous étiez inquiets pour 2005, puis pour 2006, et finalement en 2010, vous êtes toujours inquiets, mais pour 2011.

 Tout cela n’est qu’une posture au service de desseins qui n’ont rien de régionaux. D’ailleurs, votre petite entreprise ne connaît pas la crise ; car, si un peu partout en France et en Europe, chacun cherche à réduire la voilure, la région PACA, elle, n’a pas freiné son train de vie : communication, fêtes et cérémonies, déplacements, rien ne change. C’est certainement ce qu’on appelle « l’effet cliquet » !

 2011, sera peut être annonciateur de bonnes nouvelles. Qui Sait ? Peut être afficherez vous d’ici la fin de l’année, des recettes aussi exceptionnelles qu’improbables : à savoir le remboursement des avances de 50 %  à des organismes qui n’ont strictement rien fait !

 Pour ces raisons et en cohérence avec notre vote défavorable sur le Budget 2010 nous nous exprimerons contre ce premier budget supplémentaire.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site