Créer un site internet

Contribution de la région au débat sur la réforme de la politique agricole commune - Les raisons de notre opposition

Le 28 juin dernier, la majorité socialiste, verts, front de gauche a proposé au vote de l'assemblée plénière un rapport valant contribution de la région Provence Alpes Côte d'Azur à la réforme de Politique Agricole Commune. Notre groupe a voté contre ce rapport est en expose, ci-dessous, les raisons.

Nous avons voté contre : 

Parce que nous considérons que la majorité socialiste, communiste et verte s’est contentée, faute d’accord sur une stratégie cohérente, d’un exercice de style réglé de manière expéditive,

Parce que nous considérons que certaines prises de positions des composantes de la majorité régionale nous sont apparues, à l’occasion de ce débat, radicales, nourries de thèses altermondialistes sur la décroissance et préjudiciables au développement agricole,

 Parce que nous considérons que la commission agriculture du conseil régional aurait dû être associée à une véritable contribution au débat, dans le cadre notamment de rencontres avec les représentants du monde agricole,

Parce que nous considérons que l’agriculture française méritait que l’institution régionale se place, sur ce point précis, en partenaire de l’Etat pour réaffirmer l’attachement de la France au maintien de la politique agricole commune au rang de première politique communautaire,

Parce que nous considérons que notre agriculture régionale, dont certaines filières comme les fruits et légumes traversent une grave crise, méritait que nous débattions au fond de notre vision du développement agricole, notamment en ce qui concerne les conditions et les contraintes de production,

Parce que nous considérons que l’agriculture est un des piliers de notre économie régionale et parce que nous sommes profondément attachés à la défense d’une agriculture méridionale compétitive et tournée vers l’avenir, nous avons voté contre la contribution qui nous a été présentée « à la va vite ».

Notre engagement au service du monde agricole est tel qu’il ne pouvait cautionner de telles insuffisances. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site