Créer un site internet

séance du 10 décembre suite : agriculture, amendement adopté...

Agriculture et développement des circuits courts de commercialisation, l'amendement de notre groupe a été adopté en séance plénière : éléments d'explications... 

Les  dossiers soumis à l'assemblée plénière confirment l'orientation prise en faveur du développement des circuits courts. Notre crainte était cependant qu'au nom d'une vision exclusive et sectaire de l'agriculture, telle que celle portée par les Verts et leurs réseaux absolument pas représentatifs de la profession, ce type de dispositif prenne le pas sur le nécessaire soutien au développement d'une agriculture performante tournée vers les modes de consommation et de commercialisation majoritaires et vers «l 'exportation » hors PACA.

En substance, les circuits courts sont un axe important de la politique agricole régionale, auquel nous adhérons sur le fond (tant d’un point de vue de développement durable, que de la morale commerciale et de la qualité), à condition qu’ils bénéficient de moyens supplémentaires conjugués à des fonds européens et non de crédits redéployés au détriment des autres aides ; comme pouvait hélas le laisser craindre l’AXE 1 de la délibération proposée, à savoir : "Les projets d’installation et de reconversion en circuits courts seront privilégiés dans les dispositifs d’aide existants. » 

Nous avons donc déposé et défendu un amendement visant à supprimer la phrase mise en cause ci-dessus.

Rappelons que les circuits courts représentent 5 % des modes de commercialisation et consommation, il y a certes une marge de progression, ils constituent certes un créneau en devenir, mais ne sont pas à eux seuls l’avenir de l’agriculture provençale. 95 % des ventes se font par circuits traditionnels. En PACA, l'agriculture est secteur de poids dans le développement économique régional, un acteur fondamental de l’aménagement du territoire.  A ce titre nous plaidons pour une région qui se préserve de politiques exclusives et qui appuie une politique de promotion (qui fait cruellement défaut en PACA notamment dans le domaine viticole), une politique de structuration des filières au service d’une agriculture performante, conquérante et présente sur tous les grands circuits de commercialisation (la majorité parlementaire en juillet dernier dans la loi de modernisation agricole a permis des avancées juridiques majeures pour que cette présence se fasse dans de meilleures conditions de concurrence) et sur l’ensemble des marchés nationaux et européens. Etre présent aux 4 coins de PACA c’est bien, mais être aussi présents sur l’ensemble du territoire, c'est indispensable. A s'inscrire dans une vision repliée de notre agriculture, nous laisserions des parts de marché à nos principaux concurrents (espagnols, allemands, et hors UE), ce qui à terme serait suicidaire pour agriculture méridionale. 

A l'issue de discussions avec le vice président délégué JL Joseph, la majorité a accepté notre amendement, à travers la suppression de la notion de "privilège". Il va de soi que les prochaines discussions budgétaires et les dossiers soumis à la commission agricole feront l'objet de toute notre attention et de toute notre vigilance pour défendre une politique agricole équilibrée et réaliste. 

 

 

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site