Créer un site internet

NICE oubliée par la région

NICE MATIN _ 20 septembre 2010 - extrait 

 

Ce pourrait être une colle. Comme un jeu de devinette. Quel est le point commun entre les travaux de rénovation d'Acropolis, le grand stade dans la plaine du Var, la création d'une salle de raquettes, le carillon de la basilique Notre-Dame, le Conservatoire de musique, la crypte archéologique de Garibaldi, la création d'un gymnase à la fac des sports, le monastère de Cimiez ou encore le centre équestre de la plaine du Var ?

Vous donnez votre langue au chat ? Réponse : le Conseil régional. Pour ces dossiers et d'autres encore, la Ville a instruit des demandes de subvention auprès de la Région. Sans succès.

D'où une rafale de relances faites ce vendredi au conseil municipal : 18 délibérations au total pour réclamer des sous ! L'enjeu n'est pas mince pour les finances municipales puisque le montant des aides sollicitées s'élève à 32 millions d'euros, pour un montant total de travaux s'établissant à 260 millions.

Une demande de 27 millions pour le grand stade

Le plus gros de la somme, 27 millions, concerne le grand stade de 35 000 places dans la plaine du Var. « Le principe de la stricte égalité de traitement sera respecté sur ce dossier entre Nice et Marseille dans la perspective de l'Euro 2016 », réplique Patrick Allemand. L'élu PS, également 1er vice-président du Conseil régional, est le premier visé. Il le sait. Et argumente : « Les subventions seront attribuées, ou non, selon les mêmes critères ».

Mais l'explication ne satisfait pas l'adjoint aux finances. Pour lui, les dès sont pipés. « Vous parlez d'égalité ? Mais on ne peut pas mettre sur le même plan la construction d'un nouveau stade comme à Nice et la pose d'un simple toit comme c'est prévu pour le vélodrome de la cité phocéenne », dénonce Christian Tordo.

Une aide de « seulement » 10,72 e par habitant

Dans la foulée, c'est toute la politique de la Région à l'égard de la capitale azuréenne qui est mise en accusation par le grand argentier de la Ville : « Les chiffres parlent d'eux-mêmes : en 2009, le Conseil régional a donné 66 millions d'euros pour les 4,8 millions d'habitants de Provence-Alpes Côte d'Azur. Sur cette somme, Nice a touché 3,7 millions pour 350 000 habitants. Cela représente 10,72 euros par habitant. Or, l'aide moyenne par habitant se monte à 13,75 euros. Il y a donc bien une inégalité de traitement ».

Pour Christian Estrosi aussi, le comportement de la Région n'est pas juste. Et de mettre en parallèle sa propre attitude lorsqu'il était à la tête du Conseil général des Alpes-Maritimes : «Par dogmatisme, mes prédécesseurs avaient privé de financement les communes « rouges » de la vallée du Paillon. En trois ans, j'ai multiplié les aides à leur égard en finançant de nombreux projets, voirie, centre de secours, médiathèque, gymnase etc. On doit avoir un patriotisme pour sa terre ».

Le maire dépose une ultime pièce au procès fait au Conseil régional : « Il faut arrêter de venir chez nous pour y faire de fausses promesses. Michel Vauzelle (ndlr : le président de la Région) avait promis un million d'euros aux plagistes après la tempête du printemps dernier. Seuls 200 000 euros sont arrivés ! Vous ne respectez pas vos engagements ! » Entre Nice et la Région, les couteaux sont bien tirés.

pfiammetti@nicematin.fr

Philippe Fiammetti
Nice-Matin

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×